12 – Bleronimus seductor est

12

Ô temps, suspends, ton vol.

Mon père quand y dit ça, c’est qu’il voudrait que tout se fige pour ouvrir une porte camouflée et disparaître dans le décor. Le truc impossible. Majax, hop, je suis plus là ! Parce que s’il est courageux, de temps en temps il reste lucide. Là, face aux trois mastards avec des cous comme s’ils avaient avalé des lapins sans mâcher, il a quand même reculé d’un pas ; une berline détruite et deux majeurs à zéro, à deux cents kilomètres de la frontière sur une départementale dans le Piémont profond, je suis pas sûr que la Maif allait pouvoir faire grand-chose. Mon père s’est retourné vers moi et m’a fait un clin d’œil :

– T’inquiète mon grand, on a vu pire ! Appelle les secours, ils vont morfler.

Une fois, un papa mytho voulait sa peau à la sortie de la maternelle sous prétexte qu’il avait parlé à sa femme. Ni une, ni deux, il lui a fait le coup du lacet. Pour ça, il se baisse, très à l’aise, comme s’il voyait pas devant lui l’organisme avec des envies de meurtre, et il ajuste ses Burlington à losanges. L’ennemi, ça le rend dingue. Il se rue sur lui pour lui transformer la tête en ballon de foot, et là mon père, il lui attrape le pied et il le jette en l’air pour un soleil à la Bouglione. Le problème, c’est l’atterrissage. Il y a comme ça des petits gros, des grands lourds et des maigrelets tous nerveux qui sont transformés en chats volants. Le papa jaloux, lui, il s’est écrasé les bras ouverts dans un container à bouteilles, et je suis pas sûr qu’après, il souvenait des raisons de sa colère.

Là, face à l’élite, le papounet a rejoué la scène et j’ai vu voler du turinois. C’est sûr ça n’a pas la grâce de l’alouette, mais ça retient l’attention. Le deuxième a mangé du bourre pif ascenseur, sobre, travail soigné, enclume et petits zoziaux et mon père s’est mis devant le troisième petit cochon en enchaînant des petits pas de danse, genre je tricote des guiboles j’ai fait de la boxe toute ma vie viens voir ici ma petite caille que je te couche pif paf gauche droite et rentre chez ta mère Nouf-Nouf, je pense qu’elle t’a fait des crêpes au beurre ! Vu que d’habitude les italiens, un coup de boule et ils se roulent par terre en faisant de l’asthme, on devait pouvoir reprendre la route tranquille avec un peu d’esbroufe.

Sauf que là, non.

Il devait y avoir de l’albanais dans le patrimoine génétique des gars, et qui sait même du génome d’Anatolien du côté de l’arrière grand-mère à moustache car le troisième a reculé d’un pas et les deux autres se sont relevés en grognant. Du coup, le blaireau a modifié la tactique : il a foncé dans le tas. Droit devant. Pim boum, coup de tête balayette. Gauche, gauche, uppercut. En plein dans les narines de Jouvence. Esquive. Lattage de couilles à l’ancienne et le baisemain pour plus tard. J’ai vu la tête du gars du milieu rebondir avec un effet gerbe de rouge. Celui de gauche a pris un coup de tronche que j’en vibre encore en sous-sol et moi je me suis retrouvé dehors je sais pas comment en train de piétiner la gorge du dernier qui rampait par terre. Mon père en a profité pour éviter une charge un peu lourde et il a brisé du tarbouif de rhino. Las !, les génétiquement modifiés avaient de la ressource et l’instant de surprise passée, ils ont remis la balle au centre, les poings sur les « I » et se sont remontés les manches en s’humectant les cheveux. Il y en a même un autre, tout petit, qui est sorti de la berline avec une lame et qui s’est rapproché du cercle. Ils étaient combien là-dedans ? C’étaient les Tomba ou quoi ? Manquait plus que le papa, la mama et Maryvonne à table !!!!!! Je me suis mis aux côtés de mon père, genre Philippe le Hardi à Poitiers et, là, sans que je comprenne pourquoi, tous les regards se sont braqués sur moi… Même les gens qui passaient dans des petites Fiat en ralentissant comme des fous, ont arrêté de faire semblant de rien voir…

Ma main droite… Ce qui pendait dans ma main droite… Une sorte de boule de peau, de poils, avec un bout de gorge et un œil grand ouvert au milieu. Gengis Kan. Judith tenant la tête d’Holopherne sur le tableau de Klimt que j’avais vu à Paris. C’est simple, j’étais biblique. J’avais dû ramasser ce truc sous la Nissan en sortant et j’ai mis du temps à comprendre que c’était ça qui était en train de brouiller la rétine du clan d’en face. Qu’est-ce que je foutais avec ce trophée dans la poigne moi ? Qu’est-ce que je foutais là tout court ? J’étais pas censé me dorer la pilule à la plage en tannant mon père pour une glace ? C’était quoi cette charogne avec des dents de brebis qui gouttait du vieux sang ? Sans doute une bosse vivante sur laquelle on avait roulé la veille. Ce choc tout mou dans le noir en roulant dans les champs…

J’ai pas eu le temps de répondre. Y’a comme qui dirait une goutte d’horrible qui a fait déborder le vase ! Une portière a grincé sous le soleil et mon frère a mis le pied sur l’asphalte. Le pauvre ! Il avait encore changé. Ce qu’il avait à la place de la tête, c’était pire que le bout de chèvre que je tenais dans la main. En vivant. Sur ses épaules. Les mecs ont reculé.

Superstitium nullum rendas.

Même sur la plus immonde des pizzas, ils avaient jamais vu ça. Un zombie rongé par les vers. Gorgonzola fin de règne. Mon frère. Très je me suis noyé il y a six mois, mais je viens de me rappeler que j’avais pas rendu ma rédac, du coup je reviens, désolé pour l’eau partout, je m’excuse voilà, y’a pas de fautes, j’y retourne, je suis du côté du vieux port sous une barge rouillée, désolé pour l’anguille qui me gigote dans l’oreille on s’habitue. En plus il tremblait, les yeux tous blancs, et il continuait, à leur faire très lentement des doigts cabalistiques inquiétants avec des malédictions murmurées dans une langue de gorge incompréhensible. L’un des gars s’est signé.

Superstitium peuras donat.

Mon frère a avancé d’un pas. Il bavait de la mousse comme un extincteur. Même moi, je crois que j’ai blanchi des cheveux.

Superstitium Blairos sauvat.

Je sais pas pourquoi, mais les Tomba se sont mis à cavaler dans la campagne en zigzag. Nous, on a rentré mon frère en quatrième vitesse sur la banquette arrière avant qu’on nous le confisque et on a filé aux urgences ! Il était temps. Les médecins n’ont rien compris, mais ils ont fait comme si avec des mines de pontes. Insolation… Eczéma purulent généralisé… Manque de sommeil… Tu parles !! Et pourquoi pas une réaction aux raviolis froids ou le botulisme du soja périmé ? Les moustiques oui ! Même pas foutus de savoir ce qu’ils ont dans leurs rizières !

Trois piquouzes plus tard, on signait la décharge et ma mère a reçu un petit sms de carte postale disant que tout allait bien et qu’on bullait dans un petit camping au bord de mer avec des magnolias, des arbres, de l’ombre et un super terrain de foot pour faire des 180. La vérité c’est que je passais mes journées à soigner deux débris et je l’ai trouvé duraille quand ils gémissaient des journées entières en me demandant des laits fraise. Mon père, l’air de rien, il avait quand même bien reçu et c’est moi qui ai monté la tente. Lui, tout nu, c’est comme s’il portait un costard d’ecchymoses avec le torse dans les violets jaunâtres. Même la nuit, il revivait la bagarre et gigotait dans sa petite couverture. La plaie ! Ma chance, c’est que la grosse dame avec des seins énormes qui gérait la cantine, l’a vu un matin boiter aux toilettes. Le coup de foudre ! Liquéfiée la baleine ! Un vrai Mont d’Or sous le cagnard en Libye ! Inexplicable. Blaironimus eternelum charmas. Son petit côté raton-laveur en survêt sans doute… Ce je ne sais quoi à nul autre pareil… Ses longs poils blancs et noirs dans le dos soulevés au matin par la brise… Le négligé dandy de sa bedaine molle… Les cils charbons veloutés de ses yeux de panda et le féminin mou de ses pecs alanguis… L’étincelle encore vive de son verbe guerrier… Oh mon père ! Ce blaireau au regard si doux…

Le soir où elle lui a apporté, fagotée comme un rôti, ficelles apparentes, de la paëlla avec des tomates du jardin caressées avec tendresse du soyeux de l’index, j’ai su qu’on allait bouger. Ça n’a pas raté. Une heure après, le tombeur fou se palpait les blessures, genre état des lieux, tiens finalement, y’a pire, je vais pas si mal, je vais me rouvrir les yeux, il doit y avoir de la vie là-dessous. Á l’aube on filait vers Marseille. Mon père, les Tomba il les marave par paquet de huit, mais l’amour ça lui fait peur. Surtout chez les belugas.

 

Publicités

Un commentaire sur « 12 – Bleronimus seductor est »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s